Débats et des "oh !"

                        La vérité sort-elle toujours de la bouche de celui qui parle fort en dernier ?
                    Ou, comme le préconisait R.M. Rilke faut-il "vivre à voix basse" ?
                  Ou, doit-on se taire  en toute circonstance ?


              Ne cherchez pas à répondre à ces questions préalables .
        Mais participez grâce à cette rubrique qui vous  invite à débattre sur les sujets qui peuvent aller du "ah!" de contentement, au  "oh !" d'indignation. 

  Urbanisme d'un autre âge


  Quantité de règles, de recommandations énoncées depuis bien longtemps permettent d'avancer dans l'organisation de nos cités.      On trouve dans ces directives ce que la modernité, après l'effort de réflexions approfondies,  offre de commodités accrues. Des habitudes anciennes qui ont fait leur preuve s'y conjuguent avec les conceptions plus récentes qui intègrent : les déplacements par tout mode individuel ou collectif, la sécurité de la voirie, le développement durable et les économies d'énergie, l'urbanisme dans son acception de lieu de vie en un cadre favorable à l'épanouissement individuel et sociétal.
  Le respect de ces éléments construit le progrès dans nos villes.
  A l'inverse quantité de transgressions de ces principes, pourtant simples à appliquer et qui n'engagent pas plus de trésorerie que des réalisations rétrogrades, apparaissent hélas criardes lorsque l'on parcourt certains de nos centres urbains et de nos villages.
  A cet égard, Mathay cumule une somme de réalisations durant ces dernières années qui abondent  ce non respect d'une évolution logique appuyée sur les conseils éclairés, sur les règles appropriées et les obligations à inclure. Aucune des voies du village dont on a vu la rénovation ne peut satisfaire une observation pointue. Bien sûr au premier abord un revêtement neuf, une chaussée bordée de trottoirs emportent un jugement favorable. Mais très vite des critiques pleuvent de toutes parts lorsque les incommodités apparaissent, là ou les sommes investies supposaient un progrès considérablement plus évident, et rejoignent les avis des observateurs les mieux éclairés.
  En premier lieu, et de l'avis unanime, la discontinuité pour la circulation piétonnière et l'absence totale de circulation dédiée à la circulation cycliste interpellent l'esprit avec candeur pour les uns et véhémence pour les autres. Mathay en est même citée en exemple désastreux, les gens de passage sont encore moins cléments que les habitants, alors que le village par son étirement aurait pu être cité pour sa réussite exemplaire en cas d'aménagement efficace et obtenir le label  " Agglomération durable " pour les déplacements que décerne la communauté d'agglomération, Pays de Montbéliard Agglomération.
  En second lieu, ce qui concerne la circulation de passage et le traitement de la vitesse excessive a été d'un meilleur effet avec rehausseurs en dos d'âne et rétrécissements en écluse. Certains ont pourtant été positionnés de façon anachronique n'apportant rien à la sécurité et tout aux bruits de freinage et d'accélération et de débattement de suspensions.
  Enfin pour écourter, car la litanie pourrait être longue, de la multiplication des bordures maçonnées, dont se régalent les bureaux d'études et les entreprises de travaux publics, jusqu'aux entrées de propriétés incommodes. Il est de plus à retenir cette énorme incongruité du non enfouissement des réseaux secs, téléphoniques et électriques, dans la rue de la Roche et donc l'incapacité de tuber également pour la fibre optique pourtant passant au bout de la rue, boucle haut débit sous la rue du Pont (D437). L'éclairage public se trouvant doubler car chaque poteau bois ou ciment est désormais équipé d'un lampadaire alors que reprise d'un réseau souterrain la répartition plus judicieuse sur la longueur de la voie eut diminué le nombre de points lumineux dans cette rue large anciennement verte ou il ne reste plus que dix places de stationnement où l'on en comptait quatre fois plus. Ici comme en d'autres points ces réalisations que certains jugent sur l'instant agréables à l'œil s'avèrent, à l'usage, regrettables.
  Nous sommes pourtant bardés de lois, de conseils, d'obligations. De quel puits sans fonds nos décideurs extraient-ils leur inconscience ? Certainement pas de la concertation lors de l'élaboration d'un projet.
  Notre village sera-t-il enfin présenté un jour pour ses innovations et ses réalisations lumineuses ?

  Le regard des habitants

 
    C'est désormais une sorte d'injonction de participation, qui émane de nos sociétés, auprès des acteurs publics, singulièrement sur les domaines du quotidien sur lesquels, eux les élus et techniciens, prétendent être les seuls experts. Alors que sur les grands sujets ils jouent les suiveurs d'opinion, nous exigeons d'eux exactement le contraire. A savoir , qu'au plus près du terrain nous soyons étroitement concertés sur notre vision saine et notre fameux ressenti et que sur les sujets d'envergure mondialisée, sans pour autant être exclu du débat, que la matière grise des responsables, les mêmes ou de plus huppés, sache entrevoir les lignes du futur.
  Cette remarquable étude  http://cybergeo.revues.org/25919  démontre, ô combien, ce qu'une méthode réfléchie et logique peut adjoindre de richesse à l'élaboration d'une décision. Il y aura lieu de revenir précisément ici sur les aspects méthodologiques, techniques et réglementaires qui éclaireront le débat. Voir ci-dessus Urbanisme d'un autre âge.
IMGP9977.JPG

Etude  de travaux

Novembre 2013
  Le mini-shunt est définitivement enterré par une délibération à l'unanimité des membres présents du conseil municipal lors de la séance du 18 novembre 2013. Après les tergiversations alambiquées, les atermoiements palinodiques, retour aux besoins réels. Nous appelons à nouveau de nos voeux et avec l'insistance qui nous est devenue coutumière que soit réétudié le "grand shunt" , cette rocade essentielle, pour un moindre coût et définir l'implantation la plus judicieuse, que le relief aide et dont ont su profiter nos antiques ancêtres dans leur logique élémentaire pour tracer leurs voies.
Juin 2013
  La réunion de concertation que nous réclamions de nos voeux incessants à propos du projet de mini-shunt s'est bien déroulée le 6 juin à l'initiative de la municipalité. Il en est ressorti l'évidence du non intérêt de cet ouvrage balafrant et sclérosant le village sans apporter avantage à la circulation et à la sécurité de façon significative ni pour Mathay, ni pour le canton, ni pour le Pays de Montbéliard. Ce projet est donc enterré. Quarante-cinq personnes dont le Conseiller général du canton, Frédéric Barbier, composaient cette assemblée qui s'est exprimée très librement. La réflexion se reporte logiquement sur le projet nord , et sa restructuration intelligente et intelligible pour tous.
   
  Juillet 2012
En compte-rendu de la séance du Conseil municipal du 20 Juillet 2012 nous pouvons être très étonnés de lire :
  « Le Maire a tenu a rappelé une nouvelle fois que Monsieur le Président du Conseil Général n'a jamais demandé à la Commune de consulter qui que ce soit en dehors des services de l'Etat et de l'ADU, pour l'élaboration de ce projet, qui fera, comme cela a été dit de nombreuses fois, l'objet d'une présentation à la population et autres associations, à l'automne, pour prise de décision partagée ! » .  Nous  ayant traité en séance de "menteurs" pour avoir écrit, en Juin, le paragraphe ci-dessous passé en gras: "la même recommandation....", nous démontrons facilement que nous ne le sommes pas, en publiant les lettres qui le prouvent. Chacun jugera en un clic sur l'image ci-contre. Cette façon d'être oublieux confine, par omission ou dissimulation, à ce que  l'accusateur prétend pour autrui par ce coup de semonce illusoire. Nous insistons donc sur le fait qu'aucune information ni présentation n'a été faite du tracé  de ce mini-shunt inconvenant, qu'il aura fallu deviner par la présence de géomètres sur le terrain, et que ce refus de communication est bien réitéré.
    Juin 2012
En séance du conseil municipal du  18 Juin 2012 Monsieur le Maire se range verbalement, ouvertement à notre avis  (ci-dessous voir Janvier 2012). Dont acte. De plus, tendant les mains au broc d'eau, il précise dans le compte-rendu du Conseil municipal de ce même jour:
"· MINI SHUNT : suite aux recommandations de Monsieur le Président du Conseil Général, les
services de l'Etat (Préfecture et DRAC) ont été consultés. De plus, une réunion de concertation a eu lieu lundi 18 juin avec l'ADU pour voir la compatibilité d'un tel projet avec le bâti existant, et la zone AU prévue au PLU sur le secteur du Tertre. Le Maire a tenu à rappeler aux personnes présentes que ce dossier, qui a fait déjà fait l'objet d'une communication lors du conseil municipal du 13 février 2012, est sous responsabilité DEPARTEMENTALE, et non communale !"

  La même recommandation du Conseil Général à Monsieur le Maire, de nous consulter pour l'élaboration, nous valait une fin de non recevoir et une injonction au président du Conseil Général de ne pas communiquer avec nous! Se laver les mains ne débarrasse donc pas de la poudre à canon.

    Janvier 2012
  Le parc d'activités des Hauts de Mathay a de nouveau été évoqué lors de la présentation des voeux de PMA dans une perspective de plateforme logistique. Raison supplémentaire  de ne retenir comme pertinente que la bretelle D 438 - Pont de Mandeure , partie haute de la vue ci-contre, rocade essentielle, en reprenant pour un budget à minima le tracé véritablement utile et hors d'eau comme cela est possible. Toute autre projection de jonction  à l'intérieur du village entre les deux voies D438-D 437 relevant de la futilité matérielle et économique pendant que le projet des Hauts de Mathay prendra forme. Plus que jamais la collaboration, Département - Communauté d'Agglo PMA - commune de Mathay, doit être de vision clairvoyante et non d'un prétendu opportunisme rétréci.

  Juillet 2010
La position récente prise par les plus hautes instances de PMA, le souci de concertation établi entre la Communauté d'Agglo du PM et le Département donnent un nouveau souffle immédiat au Parc d'Activités des Hauts de Mathay. Les arguments que nous portons figurent dans ce devenir. Pour mémoire, Les commentaires ci-dessous, postés depuis de longs mois devraient recevoir une réponse.
Alors que les rocades de contournement de Mathay sont suspendues, ( il n'y a en aucun cas lieu de dire "abandonnées"), il est maintenant question d'étude de projet de remplacement minimaliste???  Par où, pour qui, pour quoi ?
    D'où sortirait alors le budget qui  n'existe  pas parait-il ( justifiant la suspension !!) pour réaliser les rocades déjà étudiées et re-étudiées, le fameux Shunt?
    Les comptages effectués confirment l'urgence ( voir CR du conseil municipal du 23/03/08 )  http://www.mathay.fr/ de la réalisation des rocades pré-définies .
    Le développement de Mathay  doit dépendre d'un calendrier de travaux, précis et volontaire pour leur exécution. Une conception rationnelle d'un plan de circulation incluant tous les modes de déplacements.
    La cohérence des infrastructures routières, avec les  perspectives  économiques et résidentielles de la commune en interférence étroite avec ses voisines, en et hors CAPM, doit être déterminée dans le plus proche avenir.
    C'est rigoureusement ce que demande le SCOT confirmé en  2006 et le Plan de Déplacements Urbains soumis à  approbation du 27 avril au 25 Mai 2009. Il s'agit de réaliser la jonction entre le nouveau pont d'Audincourt et l'autoroute, le pont de Mandeure et ce même anneau de l'autoroute et de déterminer enfin le contournement ouest en direction de Pont de Roide.
Ce qu'il y a lieu de nommer désormais la rocade essentielle en oubliant les fantaisies palliatives de shunt et mini-shunt qui ne résoudraient rien!
Nous avons été invités à présenter un mémoire de notre vision de cette nouvelle articulation routière, tant par le Conseil Général que par la CAPM. Nous avons reçu la réponse de chacun des destinataires de notre présentation nous avisant que notre proposition alimenterait le débat.

Que doit-il rester de tout cela

  •   Novembre 2013
  La séance du conseil municipal du 18 novembre 2013 donnait connaissance du dépouillement du questionnaire lancé à la population. Près d'un tiers des foyers auraient répondu et seulement 23% exprimaient un avis favorable au trop fameux déjà défunt mini-shunt. C'est donc par une délibération de mise à mort votée à l'unanimité que se clôturait définitivement, avec communication à suivre au département, la résistible catalespie  du mini-shunt (tracé noir ci-contre). Souhaitons donc que devienne coutume, ici comme ailleurs que la raison l'emporte sur la folie. Le travail reste énorme, nous sommes là pour en être témoins et acteurs.
  La communication de cette délibération définitive par la commune était assortie d'une demande au Conseil Général d'accompagner, en sorte de compensation, les travaux nécessaires sur la D437, notre artère principale. Cette demande, si elle est fondée dans le principe est déconnectée du réel tant qu'un projet d'aménagement n'est pas élaboré et n'avait, nous l'avons dit plus haut rien à voir avec le débat sur le contournement du village. Il est évident que chacun souhaite que les rues de Mathay soient confortablement aménagées et sécurisées, ce ne sont pas simplement les riverains qui s'en trouveraient contentés mais toute la population qui y circule en serait satisfaite et l'appelle de ses voeux.
  • //Septembre 2013
Ce n'est pas de coutume, mais sur le problème récurrent de la déviation de Mathay, la municipalité interroge la population sur l'appréciation du positionnement judicieux de la rocade "shunt" de Mathay. L'Arlésienne sexagénaire de ses premiers fantômes.  Dont acte, mais le document interrogatif est particulièrement confus. Revenons donc à la simple réalité, pour la bonne compréhension de chacun.
  Rappelons que ce projet s'inscrit, tel que représenté ci-contre, dans une perspective globale, de Bourguignon à Audincourt. Dès le début des années 2000  Il devait faire suite au raccordement à l'autoroute réalisé sur notre territoire (D438-D53), et desservir presque simultanément  le pont de Mandeure (tracé vert) ensuite dans une perspective plus lointaine, bien que projet d'origine très ancienne, rejoindre Bourguignon au sud et aller connecter au nord  le nouveau pont d'Audincourt en contournant Mandeure et Valentigney (tracé orangé) . Cette configuration reste la seule valide à ce jour et doit être réétudiée pour un coût moindre, elle irrigue au passage la future zone économique des "Hauts de Mathay", dont il convient évidemment de créer l'accès avant de penser y implanter quoi que ce soit. Ce shunt vert ouvre au nord du village de nouvelles facilités sans créer de nouvelles nuisances.
Toute autre élucubration encombrant et balafrant l'intérieur du village ne saurait être retenue. A cet égard le dérivatif intitulé naïvement "mini-shunt" a été enterré lors de la réunion publique du 6 juin dernier sous les applaudissements nourris des présents, heureux de manifester leur joie pour ces funérailles. Il est donc parfaitement incongru d'interroger sur un projet défunt (voir plus bas
Etudes de travaux//) nous ne le faisons donc figurer qu'en trace noire sur le plan ci-contre.
Quant aux aménagements internes des rues du village qui sont évoqués dans le questionnaire lancé par la municipalité, il n'est que la nécessité de leur amélioration ce qui n'entre en rien avec la comparaison et encore moins la concurrence d'une rocade d'allègement de la circulation des 15.000 véhicules qui transitent dangereusement dans nos artères. Cette interrogation n'a pas sa place ici, sinon pour créer une confusion inutile.
La seule solution réaliste demeure bien le tracé vert, ci-contre, du shunt laissant la perspective ouverte aux réalisations qui s'y raccorderont logiquement un jour pour le bien de toute la communauté du Pays de Montbéliard.

Travaux zone commerciale

  Février 2013
  • Lorsque vous avez l'audace d'être étonné comme tout un chacun, comme nous ci-dessous en Janvier, de voir la tranchée des réseaux ouverte à nouveau pour y enfouir les gainages pour les alimentations électriques des cellules, ne vous aventurez pas à le dire. Vous risqueriez d'être interpellés jusqu'à l'insulte comme nous l'avons été en fin de séance du conseil municipal du 18 de ce mois par Monsieur le Maire prompt à défendre cette incongruité du faire et défaire qui ne le concerne en rien à ce que l'on sache. Loin de l'attaquer, nous n'incriminons que ce processus qui, quel qu'en soit le motif valable ou inepte, ne  manque jamais d'éberluer le passant. Temps perdu, dégâts aux canalisations en place, incommodité, coûts qui s'additionnent.  Rebouche Forrest, le champ de Mars est vaste, au moins toi tu n'es pas suspect d'impertinence. Pour les autres: à vos rangs!
Janvier  2013
  •   la pose des gaines électriques ! Creuse Forrest !  Les branchements définitifs des cellules vont pouvoir être effectués. Faire et défaire... oubli, ou bien! Creuse Forrest!
Juin 2012 - Sur la façade de ce bâtiment, pauvre en architecture et en qualité environnementale, un calicot invite de futurs acheteurs ou locataires à prendre possession des cellules; foin de l'esprit sélectif des attributions pour le respect des commerces existants au village. Tels que nous connaissons les temps économiques que nous vivons, il n'y a pas bousculade au portillon d'entrée. Interrogé, Monsieur le Maire renvoie pour toute information à la discrétion du promoteur.
Février 2012    - Nous lisons dans la revue municipale Dialogue numérotée 33, écho de l'année 2011,  à la page 9 :
" Cellules: Le bâtiment de 1460m² en construction est destiné à accueillir 995m² de surfaces commerciales et 465m² de bureaux, représentant globalement une dizaine de cellules, ayant pour vocation d'apporter des services complémentaires au magasin principal. Bien que la municipalité ne soit pas concernée par le remplissage de ces cellules, elle veille toutefois, autant que faire se peut, à "conseiller" la société COREAL dans ses choix, et à l'aider dans sa recherche des futurs occupants, pour éviter le maximum de doublons au niveau des services et commerces existants."
Il y a comme un hiatus entre cette formule rédigée en gras au sein de ce texte et la véritable responsabilité de la municipalité rappelée par courrier préfectoral lui enjoignant la vigilance sur l'affectation de ces 465m² de bureaux!
Si le permis de construire de ces cellules est valide, la ficelle du subterfuge est un peu visible. Autant que faire se peut.
Et encore dans ce texte : en quoi devrait-il s'agir de "services complémentaires au magasin principal"? Toute implantation doit en  réalité constituer un service utile, pérenne et déterminant pour la population. Ce en quoi sur ce site la commission ad hoc, compétente au delà de 1000m² de surface commerciale, s'était prononcée contre ce projet en témoignage de la désertification de quantités d'espaces commerciaux dans toute l'Aire Urbaine Belfort-Montbéliard. Ce symptôme sévère ayant plongé en détresse matérielle autant d'entrepreneurs un temps  illusionnés par cette promotion immobilière qui laisse supposer que les consommateurs sont extensibles comme les m² de béton et les tôles de bardage. 

Juin 2010  -  Les travaux d'installation impressionnent par la longueur des bordures hautes, la largeur des îlots et l'étroitesse des voies. La dangerosité pour la pratique des deux roues ressemblera à celle de l'entrée sud par la D437.
Mai 2010  -  L'installation des îlots et  bordures de chaussée, en cours selon le plan ci-contre et photo ci-dessous,  intrigue pour la commodité d'accès et de sortie, tant pour la clientèle que pour les livraisons d'approvisionnement par camions. L'obligation de tout le trafic de sortie par la rue du tertre en particulier et son angle de raccord à la D 438. Ces bordures très coûteuses auraient sans doute pu être précédées d'une configuration peinte pour être sûre de présenter la meilleure efficacité pour la fréquentation des piétons, cyclistes et tous véhicules.
  Avril  2010              -      Les travaux pour la nouvelle emprise de chaussée ont démarré par un décaissage important en bordure de la D438  . Attention au report de l'entrée de village au niveau de la rue du tertre, la signalétique est en place. Cette portion de la D438 sera désormais réglementée à 50Km/h, indépendamment des panneaux de chantier qui pendant la durée des travaux pourraient être encore plus restrictifs et qu'il conviendrait évidemment de respecter.
    Mars 2010  -  Actuel avancement des travaux. Nouvelle perspective visuelle, proximité immédiate des habitations du flanc Est configurent l'espace.
    Février 2010
  Les premiers travaux engagés aux abords de la rue du Tertre ont soumis les riverains à rude épreuve. Ils ont fait part de leurs inquiétudes, après s'être largement concertés, auprès des  maîtres d'oeuvre et d'ouvrage et de la Mairie cessionnaire des terrains et qui reste propriétaire d'une partie sous l'emprise des travaux.
La durée et l'étendue des travaux réclament un minimum de délicatesse et de respect à l'égard de tout le voisinage. Un dialogue permanent serait un acte de politesse élémentaire. Nous serons avec les riverains attentifs à ce respect ou aux conséquences éventuelles.
  Ce large chantier restera longtemps ouvert, comme le débat qui l'accompagne relatif au financement communal engagé à ce jour, pour la voirie  les adductions et rejets, sans partenariat avéré des autorités de concours et de tutelle!!
L'annonce en conseil municipal et par voie de presse d'un cumul d'emprunt de 700.000 euros, pour cette zone de travaux, ne peut qu'impressionner! Surtout compte-tenu du niveau d'endettement global de la commune très largement supérieur à celui des communes de même envergure.

  Multi sports mathéens


    Mise en service le 13 Juin 2012

    Si la boisson qui circulera sur ce mini plateau d'activités sportives ne comportera que  goût et couleur des fruits, et les fumées que celle de la transpiration, la localisation du site sera validée.
    Dans le cas contraire il apparaîtra qu'une implantation en un lieu  plus visible, plus accessible aux conseils et aux contrôles de bienséance aurait été mieux indiquée.
  Etre à l'écoute et aller à la rencontre de la jeunesse  contribuent à la sociabilité et à la santé de toute la population. Donner sa confiance n'est pas renoncer à ses devoirs.

Néanmoins cet équipement, même de taille modeste, longtemps attendu, est accueilli avec une grande satisfaction.

    L'accès au stade annexe, voisin et si désert car clos, serait forcément le bien venu.
Courrier révision PLU

  Modifications du PLU

  • Décembre 2012
  •   Nous lisons dans la presse "la revue des collectivités locales" le changement de propriétaire de l'usine hydroélectrique de Mathay. Le nouveau propriétaire Hydrocop est décrit dans le document accessible http://www.revuedescollectiviteslocales.com/Hydrocop-fait-l-acquisition-de-sa-deuxieme-centrale-hydroelectrique-la-Societe-d-Exploitation-Electrique-de-MATHAY_a3014.html
  • Février 2012
  • La séance du Conseil du 13 Février a fait état à nouveau en des termes peu amènes de la demande de  modification évoquée ci-dessous. Notre commentaire en Revue de presse.
  • La séance du Conseil municipal du 19 Décembre 2011 a rendu compte de l'avis défavorable émis par le commissaire enquêteur dans le cadre de l'enquête d'utilité publique visant à déclasser au PLU , de zone naturelle en zone urbanisable, la bande de terrain bordant le canal de fuite de l'usine hydroélectrique de Mathay. Nous avons enregistré avec satisfaction cette information officielle. Nous avions remis au dossier d'enquête le courrier accessible d'un clic sur l'image ci-contre. Ce dossier nous aura permis de valoriser les énergies renouvelables dont l'hydroélectricité de proximité représente la plus évidente. Raison de plus pour en maîtriser non seulement l'utilité mais aussi les nuisances et les dangers dans la plus grande transparence. A ce titre l'inscription au PLU est indispensable.

Lundi 12 Juillet 2010
Le compte-rendu du Conseil municipal du 21 juin 2010 rapportait que les prochaines modifications du PLU seraient traitées sous l'égide et la collaboration de L'ADU, Agence de Développement et d'Urbanisme; y aurait-il un effet  "Vigie", un effet réprimandes administratives ou simple bourdonnement de vuvuzella. L'intention au moins mérite un salut et que l'on sache à quoi elle se destine.
Mardi 12 Janvier 2010
  La façon dont le Maire Daniel GRANJON a souhaité tenir à Huis clos la réunion du Conseil Municipal de lundi soir 11 Janvier, conforte bien l'idée que ce n'est pas notre présence silencieuse qui dérange mais bien la validité des questions que nous posons ici et dans les circonstances telles les enquêtes publiques où nous sommes autorisés à les formuler. Cette pertinence se résumant sur tout sujet en un souci de réflexion, de communication, d'échange et de travail ensemble pour mûrir les projets les plus cohérents possibles. Notre démarche est parfaitement illustrée par cette modification du PLU (espace Tertre - D438) et la confusion qui l'entoure, ouvertement révélée. clic sur l'image ci-contre.(archivé) Comme par hasard la délibération sur la procédure simplifiée de cette modification du PLU devait avoir lieu durant cette réunion à huis clos.
Mardi 5 Janvier 2010
La défense de ce dossier par la municipalité, lors de la présentation des voeux et de son compte rendu éditorial, ne rassure pas sur le bon ordre que l'on est en droit d'attendre d'un tel sujet. Pour justifier cette modification du PLU (espace Tertre D438), ce qui avait été présenté à la population comme un projet d'ensemble commercial, élaboré sérieusement,  fera seulement l'objet d'une demande, pour  la deuxième partie, à la Commission Départementale d'équipement commercial en vue d'agrément. La commune pendant ce temps engage ses deniers pour l'assainissement et les adductions  à des fins privées autant qu'aléatoires et cela sans partenariat établi! sans trésorerie définie! Comment la population et les institutions n'auraient-elles  pas le droit et le devoir de poser des questions ?

jeudi 17 Décembre 2009, 22:53
Nous avons versé au dossier " Projet de modification du PLU" concernant l'entrée Nord D438-rue du tertre et l'entrée Sud D437 le document auquel vous pouvez accéder en cliquant sur l'image ci-contre (archivé)
Nos observations portent  interrogation sur la validité de la procédure simplifiée, une forme d'auto-autorisation, adoptée pour cette modification en opposition à l'interdiction, dans le cadre du classement actuel des terrains, de toute construction à moins de 75 métres de la chaussée D438.

Alors que nous voyons le démarrage des travaux de terrassement, la procédure de modification instruirait cette autorisation de construction. En quelque sorte, on met la charrue avant les boeufs et on remue dans ce terrain tout ce qui en fit un crassier, un dépotoir avant le reclassement des espaces.
Détail de ce processus et autres agréments dans nos observations. clic sur la photo.(archivée)

Dossier consultable en mairie jusqu'au 31 décembre(2009).

  Finalisation travaux Tertre-D438- Maquis

Novembre 2011
  •   Nous aurions souhaité applaudir à tout rompre à la réception des travaux de la rue de Montbéliard (D438) dont la portion intermédiaire vient d'être achevée, finalisant la traversée de la commune par cette voie. Nous applaudissons d'ailleurs, puisque passer du rien de l'état précédent à un aménagement neuf le progrès est évidemment considérable. Il aura suffit d'une bonne trentaine d'années, réjouissons-nous.
  Hélas le reportage photographique complémentaire que nous incluons à l'album "Nos rues, aïe", participe à la mise en évidence de différents points de cette réalisation: trottoirs à géométrie variable, absence de pistes cyclables, persistance de dangers, caractère "vieillot" de la configuration, exploitation insuffisante d'espaces disponibles, reprise d'éléments existants obsolètes. Ah! le manque de concertation préalable ou d'écoute attentive, quand nous disions encore récemment , qui a vu les plans? Au moment de leur élaboration bien sûr! Alors à ceux qui ont participé, notre bravo mitigé.
Août 2011
  •     La rue du Tertre est réouverte, nous décrivons en photos dans " Nos rues, Aïe! " son nouvel aspect. Il sera temps de faire les comptes.
  •     Pour la tranche 2 de la D438 -rue de Montbéliard- nous comptons sur l'oeil éclairé et avisé évoqué ci-dessous. Et ci-contre pour un lifting réussi.
  Juillet 2011
  •   Réouverture de la rue du Tertre imminente. Chantier D438 travaux en cours, si quelqu'un a vu les plans?
Février2011
 
  •       La tranche de travaux, dite tranche 2, du péribole du carrefour 438-Liberté-Barlots au carrefour avec la 437 a été annoncée en Conseil Municipal du 21 Février. Nous espérons qu'un oeil éclairé veillera sur ce chantier, faute à reprendre les erreurs que nous dénonçons, comme d'autres que nous, encore plus amers www.fubicy.org/montbeliard/  . Pour la rue du Tertre les travaux devraient redémarrer en ce mois de Mars.
Juillet 2010
 
  •     Nous attirons l'attention sur le Compte-rendu de la séance du Conseil Municipal du 19 Juillet , auquel chacun peut se reporter. Il y est indiqué à propos des travaux de la D438 :
"Un avenant est à prévoir sur ce marché pour faire face aux travaux supplémentaires demandés :
.remplacement des îlots en peinture par des îlots avec bordures
.renforcement du corps de chaussée sur la partie sud-est des travaux
.doublement du réseau d'éclairage public
.habillage du bord de chaussée le long des établissements Epau-Nova"

Par qui ces travaux supplémentaires ont-ils été demandés alors qu'ils sont en voie d'achèvement dans la configuration décrite dans cet avenant? Par quelle compétence? Faute de quelle imprévision ou de quelle occultation? Cet exemple ne manque pas de justifier nos interrogations mesurées et polies sur la conduite de ce chantier au coup par coup et au coût par coût avec rectification et rallonge à posteriori, alors même que les travaux sont engagés ou achevés et dont la pertinence est critiquée.
De même, évoquer les remontrances, remarques et enquêtes administratives, sur cette maîtrise d'ouvrage, citées par le 1er magistrat lui-même et dont ce chantier fait l'objet depuis son ouverture, s'impose tout naturellement, à nous comme à lui obligé d'en faire état.
Enfin nous souhaitons bonne fin à ce chantier pour qu'un chiffre définitif soit alors établi, bouclant un budget qui ne manquera pas d'être énorme comme nous l'avons déjà qualifié, bien qu'en cette période de crise les coûts des travaux publics aient baissé de 20 à 40%. Quant à l'allocation du Conseil Général, sur laquelle nous avons dit que nous reviendrions, son montant global de 100.000 euros se décompose pour une partie, de 64.500 euros, destinée au revêtement de chaussée dans sa configuration à 2 voies telle que le Département connaît la D438 alors que si le pilotage du chantier avait été instruit et conduit dans le bon ordre la participation eut été très vraisemblablement et agréablement supérieure dans la maîtrise assurée d'une configuration nouvelle clairement définie.
 
  • La perspective de l'inauguration de la 1ère tranche de la zone commerciale pour le début Août a provoqué la marche forcée des travaux à un coût énorme dicté par l'urgence, relatif à la disponibilité des entreprises. 
  • La commission départementale qui  le 8  Juillet  scellera  le sort de la deuxième tranche de cet espace commercial se réunira pour prendre une décision dans une grande perplexité. 
  •   La décision défavorable rendue par la Commission Départementale d'Aménagement Commercial ce 8 Juillet  sur la deuxième tranche, projet de promotion immobilière de deux surfaces de 1300m² sur cet espace,  renvoie la municipalité de Mathay à sa précipitation d'avoir engagé, hors de toute concertation suffisante, ces travaux d'aménagement  à la destination incertaine.
  Nous ne savons quelle sera désormais la volonté du promoteur sur un projet de moindre envergure, inférieure à 1000m², ni qui il est au juste; celui ayant présenté le dossier refusé n'étant pas celui connu comme initiateur bien que logeant à la même adresse.
constellation

  Impôts et imposture

Avril 2012
  Le bulletin municipal "Mathay infos" du deuxième trimestre nous délivre un message de la même veine mathématique mathéenne à laquelle la municipalité nous a habitués. Nous apprenons que la fiscalité augmentera de "façon notable", ce qui n'est pas en soi une surprise extraordinaire (ce qui est intéressant concerne ce qui est fait avec nos impôts), pour "retrouver une épargne brute" , la fiscalité devient donc épargne, formidable!.
  Pour nous rassurer "un programme d'investissements complémentaires viendra compléter", formule brute de décoffrage béante sur l'inconnu et sur le vote du budget, formidable.
  Enfin pour assurer une trésorerie saine, interviendra " un volume d'emprunts identiques à celui qui arrive chaque année à échéance , pour limiter la progression de nos annuités et réduire notre endettement" où l'équation résout que l'identique limite la progression et réduit les dettes tout à la fois, formidable. Si un âne tente d'avancer et de reculer en même temps, on n'est même plus sûr qu'il fasse du sur place, à moins qu'il ne bouge pas, ou bien! Autant que faire se peut! Quand la géométrie de la voilure devient aussi surprenante que l'arithmétique et l'algèbre réunies.
  Nous sommes bien d'accord sur le principe d'un désendettement, nous avons alerté à ce propos. Il serait si facile d'expliquer qu'une charge d'impôts locaux un peu plus forte permet d'obtenir de meilleures subventions et évite de payer des intérêts d'emprunts mirobolants au risque supplémentaire que certains de ces emprunts soient toxiques.
  Quant aux services à la population et particulièrement ceux orientés vers le scolaire et le périscolaire il faut se féliciter de leur bon fonctionnement et les améliorer plutôt que de se sentir accabler du poids de la  charge pécuniaire. L'avenir passe par cette case jeunesse, pour notre bonheur.
Nous avons réussi à lire positivement cet éditorial à la rebrousse-poils, tout l'avantage d'avoir le dos large et le derme épais.
Janvier 2012
  Nul n'est censé ignorer la loi, nul n'est censé ne pas savoir compter, mais dans un cas comme dans l'autre, tel se prend dans les rets qui croyait s'en défaire.
  Par commodité à tendance pédagogique la masse des rentrées fiscales d'une commune est rapportée dans les comptes publics à la tête d'habitant. Cette péréquation inclut donc toutes les rentrées fiscales locales et ne correspond évidemment pas à ce que paierait chaque habitant à supposer qu'il soit lui-même en âge et capacité à être contribuable du bébé à l'aïeul, c'est une estimation, un outil, un chiffre artificiel qui mesure la richesse relative d'une commune.
  Ainsi une ville riche comme Sochaux qui bénéficie d'un foncier bâti industriel énorme, encaisse à ce titre grâce à un taux fort,  une somme considérable en disproportion avec sa population, mais pour son bonheur. Ramenée au seul foncier bâti propriété de la population la fiscalité sochalienne redevient tout à fait modeste pour le contribuable effectif, loin des  "4 fois plus lourde que celle de Mathay" comme l'a asséné le maire Daniel Granjon lors des voeux 2012, dans une redite de son bilan de mi-mandat. Balourdise , inconséquence? Incompréhension? Lecture directe, non dépouillée, de la comptabilité publique.
  Encore faut-il observer à quoi sert la collecte d'impôts, le plus souvent bien fondée là où elle s'exerce.
  Dans cet exemple de Sochaux choisi terriblement mal à propos, si dans la transposition réelle la "tête d"habitant" rapporte environ 60 euros de plus à Sochaux (donc hors contribution Peugeot) qu'à Mathay, la somme est très voisine, mais  dans sa gestion la commune de Sochaux reverse sous forme de subventions diverses à cette même "tête d'habitant" 427 euros , battant tous les scores, quand Mathay reverse 20 euros en pingre et piètre élève de la classe au rang des derniers, alors que nos voisines restituent à la population 2, 3 et souvent 4 à 5 fois plus, loin bien sûr des 20 fois plus dont Sochaux est capable grâce à sa particularité industrielle. Il y a donc ce que l'on paye et mieux encore ce que l'on reçoit. Sochaux est donc dans l'opulence et Mathay dans le bas ordinaire.  L'impôt n'est pas une punition c'est la création d'une capacité à restituer sous toutes les formes utiles. Les bases et assiettes servant au calcul, les taux votés par les municipalités s'appliquent au plus près du terrain.
  A l'avenir comparons ce qui est comparable sinon l'imposture est au bout de la rue du ridicule.
  Nous ne voulons pas croire qu'il s'agisse ici d'un mensonge mais sans doute d'une difficulté à manier les chiffres, ce qui est peut-être encore plus grave quand celui qui est aux affaires les brandit comme un paravent chinois.
  Rappelons enfin que les communautés d'agglomération ont été créées pour lisser les disparités à l'intérieur des entités urbaines et économiques et faire concorder les niveaux de services avec la capacité d'effort de tous les contribuables des diverses communes de ces communautés identitaires. Il est heureux que Sochaux comme Mathay appartiennent à la même : Pays de Montbéliard Agglomération dans une solidarité bénéfique, comme celle de l'appartenance au département.  Encore faut-il apporter son écot sans regimber, le faire valoir et réclamer son dû avec discernement. 

Compte-rendu de presse, huis clos du 11 Janvier 2010

  Et aussi du 17 Janvier 2011 et encore du 19 Septembre 2011, relisons le billet ci-dessous de l'an dernier , toujours hélas de la même actualité, au mot à mot:
  Vendredi 15 Janvier 2010-
  Après le coup d'éclat incongru du Conseil Municipal tenu en séance à huis clos ce lundi 11/01/10, Monsieur le Maire tonitrue dans la presse suite à l'alerte à la démocratie que nous avons lancée. Le ton farouche, emporté de ses propos est assez explicite et complémentaire sur ce que nous dénonçons de son comportement. Il est cependant nécessaire que nous relevions mensonge et graves confusions qu'il profère; alors même que les rapports des journalistes, tant de l'Est républicain que du Pays, parus ce jour, font part équitable à l'expression.
  Mensonge que de prétendre, dans le Pays que nous avons été invités à débattre de l'aménagement de la D438. Nous n'avons jamais été invités, ni sur ce sujet ni sur aucun autre, pas plus que quiconque, à débattre de quoi que ce soit ! Surdité par contre aux remarques, objections et propositions que nous avons formulées puisque nous ne sommes "représentatifs de rien" même pas de nous-mêmes sans doute! Cécité à ne pas les voir ici dans les rubriques de ce site, tout en les lisant tout de même, pour n'en extraire qu'une irritation: "ils ne disent que des conneries" s'exclame le premier magistrat.
  Balourdise que de comparer ce qui n'est pas comparable, entre une décision de huis clos, non motivée, pour exclure des auditeurs silencieux, et une assemblée d'élus de la CAPM débattant de contradictions, sur ce qui aurait du être un consensus de budget, et en tirer la logique. Ce n'est certes pas le meilleur moyen d'obtenir "l'oreille" du Président de cette assemblée . Pour notre part il nous honore de son attention et nous respecte quelles que soient les sensibilités politiques diverses qui colorent notre association et dont nous ne faisons jamais cas en tant que telles et ne peuvent proposer aucune considération pour notre action. C'est la somme de compétences de notre association qui doit être retenue.
  L'intégralité des rubriques de ce site illustre notre volonté de réflexion, de concertation, de construction.
Elaborer ensemble, coordonner les projets d'infrastructures, voir aboutir enfin dans notre espace mathéen le meilleur tout en l'inscrivant dans le concert  Nord Franc-comtois que dessine  la collectivité, voilà ce que veut prouver notre démonstration. Mathay n'est pas une île ni un bastion. Nous ne posons jamais nos remarques et commentaires en terme de conflit, nous les positionnons dans le sens cohérent de l'histoire en hiérarchisant les besoins, les causes et les effets ; c'est cela remettre l'attelage dans le sens des sillons.
  Notre démarche auprès des autorités et des communes riveraines argumentera toujours en ce sens.
  Nous espérons toujours coopérer avec la municipalité  en place qui devrait être le premier interlocuteur avec lequel nous pourrions travailler et qui jusqu'à présent reste le dernier, inaccessible, tant nous recevons en comparaison bon accueil au niveau des instances supérieures qui ne manqueront pas d'impulser dans le meilleur sens possible le devenir de Mathay.
  Serons-nous compris un jour ? Nous sommes dans une espérance circonspecte.
Surtout en découvrant le  compte-rendu  municipal de la séance à laquelle nous n'assistions donc pas ce 11 Janvier qui démarre par une diatribe pernicieuse qui prétend établir un motif pour justifier la demande de huis clos. Nous mettons au défi le conseil municipal de prouver les termes de cette diatribe . Nous sommes accusés "d'interpréter " de rapporter dans des communiqués " des déclarations totalement transformées, erronées, voire tendancieuses, n'ayant rien à voir avec la réalité des débats comme c'est beaucoup trop souvent le cas." Où, Quand, comment ? ATTENTION, invoquer un tel motif et le maintenir, alors qu'il n'existe pas, reviendrait à provoquer l'invalidation de cette séance à huis clos et des délibérations auxquelles elle a donné lieu. L'administration pourrait valablement s'en saisir. Stigmatiser la simple émission d'avis différents en une déformation de propos relève d'une pure confusion inquiétante, comme de les brandir, protestant qu'ils dérangent l'ordre public alors qu'ils sont largement entendus et compris dans le calme et la réflexion. A ce jour, 11 Mars, nous sommes toujours en attente d'un rendez-vous avec la Municipalité suite à notre demande formulée le 30 Janvier.    (rendez-vous obtenu depuis pour le 29 Avril)

      Carrière de Romont

la carrière de RomontAutomne 2013

  Plusieurs tirs de mines ont eu une résonance particulière il conviendra de s'en souvenir en consultant les registres obligatoires.

Juin 2012
    L'extrait suivant du compte-rendu du conseil municipal du 18 juin attire l'attention:
"· Carrière de Romont : suite à une réclamation de la mairie, concernant un tir de mine dont la
vitesse sismique a dépassé les 2 mm/s : 2.7 mm/s, la société de minage du Doubs, met en
cause la qualité de certains micro-retards ! A surveiller !
· Propreté de la voirie : une lettre a été envoyée aux deux exploitants, GDFC et MAIROT
pour leur signaler les nuisances occasionnées (poussières et pertes de chargement par trop
plein ou mauvaise étanchéité des bennes) sur les chaussées et les propriétés longeant la RD
437 et la rue de la Gare, par les véhicules sortant de leurs sites.
Réponse nous a été faite sur une vigilance renforcée des poids-lourds et de leur chargement.
Pour ce qui est des poussières, après la mise en place, il y a quelques mois, d'un décrotteur de
roues sue le site GDFC de la plaine, il est prévu une installation similaire sur la carrière de
ROMONT dans les toutes prochaines semaines."


    Mai 2011
L'avis favorable exprimé par le commissaire de l'Enquête d'utilité publique  a donc validé la demande formulée par la société MAIROT portant sur: l'extension de l'exploitation jusqu'en 2038, l'approfondissement en dent creuse jusqu'au niveau de la plaine alluviale et l'augmentation de l'extraction et du remblayage partiel par des matériaux triés.
  Nous avons très attentivement étudié le dossier consécutif aux explorations du Commissaire-enquêteur, Monsieur Claude HUOT. Nous saluons le travail remarquable, riche et fouillé qu'il a produit. Les interrogations que nous avons formulées ont largement induit cette réflexion. Si chacun des chapitres ouverts a occasionné des réponses qui ont pu satisfaire au point de conclure à l'avis favorable, les mêmes questions restent en suspend et tantôt de nouvelles, abordées par le commissaire-enquêteur. Son dossier en abonde, sur les poussières et les boues, sur la pollution atmosphérique, celle des routes, la sécurité du personnel, les charges de tir etc... Sur les points que nous avons soulevés ses remarques renchérissent sur l'absence de garanties et d'études techniques dans la demande du pétitionnaire, Mairot S.A. . Manques d'informations sur la géologie et l'hydrographie précises des lieux, les seules références faites avec schéma succinct et erroné à l'appui l'étant selon une connaissance ancestrale de l'empilement des couches calcaires et de leur système de failles. Confusion également relevée sur la qualité de la roche donnant des granulats  espérés nobles et constatés médiocres, voire incompatibles avec une centrale à béton. Cette qualité supposée des matériaux voulant argumenté la demande anticipée de continuation de l'exploitation jusqu'en 2038 alors que la concession courait jusqu'en 2014 et que ce délai laissait place à des investigations utiles ou indispensables.
  Nous n'entrerons pas plus avant dans le détail des réponses tronquées, péremptoires sans prudence sur l'aspect environnemental et sanitaire, ni sur les conditions de sécurité de l'exploitant puisqu'il n'y a pas de compétences acquises sur les fronts d'extraction de telle grande hauteur, sinon imaginer la dangerosité.
  Le commissaire-enquêteur en insistant sur ces sujets préconise donc la plus grande attention et le recours aux normes et règlements les plus appropriés ou en leur absence à une éthique professionnelle avertie.
  En ce qui concerne les tirs de mines, ce qui fut et reste le point douloureux pour la population la plus proche, la recommandation de Monsieur HUOT devient encore plus appuyée, pressante, citant la nouvelle zone pavillonnaire et toujours le respect dû aux anciens riverains. Minorer et contrôler étroitement la charge à moins de 54kg, exercer des expérimentations et se référer rigoureusement à l'autorité de tutelle de la DRIRE. A titre de contrôle à effectuer: le tir du 03 Mars 2011 a paru particulièrement violent.
  Sur le remblayage, aucune inquiétude n'a été levée, au contraire le commissaire-enquêteur a étayé nos réflexions et souligné  l'incommodité de la simultanéité  de l'exploitation et d'un comblement maîtrisé qualitativement expertisé, ni sur le caractère judicieux de la proportion à l'extraction resté sans réponse.
  L'avis favorable de cette Enquête d'utilité publique, ainsi émis, s'adresse en confiance à l'exploitant le jugeant apte au-delà de la quantité d'incertitudes relevées à honorer cette confiance. Nous nous rangeons à cet avis, connaissant la compétence professionnelle  de Mairot S.A. et des sociétés du groupe que nous évoquions dans notre mémoire.(clic sur l'image ci-dessus)
  Il demeurera de la responsabilité des autorités d'exercer les contrôles et expertises appropriés et de diffuser les résultats à la connaissance de la population. Notre analyse et notre éveil resteront constants.

 
Décembre 2010
    L'enquête d'utilité publique concernant les modifications d'exploitation de la carrière et l'allongement de la concession jusqu'en 2038, a été  bouclée le 24 0ctobre 2009.
    Nous avons apporté notre contribution à cette enquête en présentant un mémoire, que vous pouvez consulter
d'un clic sur la photo ci-contre. Il a été versé au dossier  auprès du commissaire-enquêteur.
    Nos questions portent sur la chronologie, la géologie, l'hydrographie, l'exploitation et le remblayage.
    Nous rendrons compte de la suite donnée à cette enquête.
(voir plus haut Mai 2011)

   
Novembre 2010//
Encore un peu plus d'un mois pour consulter le dossier remis par le Commissaire-enquêteur en Janvier de cette année et qui devait rester  accessible un an. Nous reviendrons très prochainement sur le dossier.

Une consultation est également ouverte pour quelques semaines encore (Décembre 2010) sur un forage profond dans l'emprise de la carrière Combe André.


Transports ferroviaires


Le territoire nord-franc-comtois se  glorifie à juste titre de l'arrivée du TGV fin 2011, la technologie de la traction ferroviaire y possédant son berceau.  Porteuse d'espoir d'un nouvel élan économique la ligne LGV et la nouvelle gare de Méroux-Moval sont accueillies avec un enthousiasme certain, toutefois contenu par le climat conjoncturel, les problèmes de liaison et les coûts engagés: 2,3 milliards d'Euros.. Parallèlement à l'exploit technologique pour ce type de transport à grande vitesse, exclusif voyageurs, il y aura lieu de redéfinir  en urgence: les raccordements, les accès, l'extension et surtout une véritable politique du fret ferroviaire en accompagnement indispensable d'une dynamique économique.
Nous qui sommes accoutumés à la circulation des trains d'automobiles Peugeot en partance pour le monde entier, nous savons aussi la déliquescence du trafic marchandise sur nos rails.
Quant à la désaffectation  de vieilles lignes, l'histoire risque de nous juger coupables à court terme si des fibres raisonnables ne se mettent pas à vibrer.
Le parcours Voujeaucourt-Pont de Roide que nous avons déjà glorifié mérite une réflexion intense. Des élus s'en emparent et c'est fort bien. Une récente conférence du responsable des transports du canton du Jura, David Asséo, invité référent de PMA en Avril 2011, démontrait que la pertinence de l'offre créait la fréquentation. Interrogé sur la ligne de Pont de Roide, qu'il connaît car il travaille aussi aux connexions avec la France, il situait en fonction du potentiel une cadence de deux trains par heure, et même quatre aux heures de pointe! L'Helvétie en la matière est une lanterne qui nous éclaire.

Projet : "Quelle perspective pour l'Aire urbaine"

Il faut faire vivre Mathay dans cette perspective

Mercredi 1er Juin 2011
  En commission du Conseil de Développement , démonstration de l'identité géographique du "Ballon au Lomont" et de son entité économique absolue. Déclaration de pertinence de valoriser les éléments fédérateurs: industrie, université, culture, tourisme, urbanisme etc... et sortir enfin d'une trop discrète confidentialité.
Mardi 22 Février 2011
  Diverses études ont vu le jour depuis deux ans, soulignant la particulière attention portée par les élus et les différents corps représentatifs,  sur  le devenir du Nord Franche-Comté. Il n'est pas encore temps d'en tracer les lignes définitives mais nous pouvons revenir sur les pistes qui ont été empruntées, leurs avantages et leurs défauts.
  Les avantages. Ils relèvent de la volonté de combiner un urbanisme régénéré avec un environnement sain et un bassin d'emploi sauvegardant son socle industriel tout en l'élargissant au secteur des services et du tourisme. Les pistes ainsi dessinées ne s'aboutent malheureusement pas encore suffisamment  entre elles d'un département à l'autre entre Belfort et Pays de Montbéliard.
    Les défauts de connexion se ressentent dans les études trop orientées vers la plaie plus que vers la santé globale du corps, s'arrêtant à un espace géographique non relié au delà de son pourtour. D'où la recherche de singularité de la part de cabinets extérieurs prétendument capables de vision par un oeil neuf de notre territoire. D'où l'apparition de pseudos conflits d'intérêt, de blocages et de décisions que le quotidien impose pour l'intendance ordinaire. D'où l'esprit diagnostic de ces études sans qu'une thérapie apparaisse, profusion devient confusion. Une foule de médecins au chevet d'un malade ne le rend pas instantanément vaillant et retarde parfois le bon traitement. Aux yeux clignotants des cabinets extérieurs il convient de substituer ceux des habitants, de l'Aire Urbaine, grands ouverts. Aux prérogatives administratives cloisonnées il faut ouvrir des portes et lancer des passerelles.
Notre présence étaye, développe, contrecarre et tarabuste au besoin la réflexion qui cherche un liant pour le temps proche et lointain sur notre petit territoire.

samedi 27 Novembre 2010
  Nous avons récemment tiré le bilan de nos actions lors de notre assemblée générale. Force est de constater que nous sommes accueillis et entendus de la plus agréable manière dans les sphères de réflexion de notre communauté d'agglo, de notre canton, du département. Nous participons activement aux travaux concourant au devenir économique de tout l'espace Nord-Franc-comtois. Si le moteur d'attractivité que fut le besoin de main d'oeuvre s'est effacé, désormais il convient de retravailler l'image du Pays de Montbéliard pour en revitaliser l'alliance de l'homme et de l'outil et la magie de l'usine à la campagne, ou la montagne vient flirter avec la plaine entre Porte d'Alsace et Porte de Bourgogne, ouvertes à la positivité de tous les brassages qui nous ont construits.

vendredi 20 Novembre 2009
  Notre présence à la rencontre "Quelle perspective pour l'Aire urbaine" ce jour à l'Axone, nous aura permis comme à l'ensemble des présents, près de trois cents personnes, élus et membres de la société civile, de participer à l'évaluation des potentialités du Nord Franche-Comté recensées sur l'aire Belfort-Montbéliard-Delle-Héricourt. La pertinence de nos propres propositions en matière de transports, d'équipements routiers, de développement économique et touristique basé sur l'approche historique par chaînage dynamique avec l'aspect culturel-industriel, s'en trouve agréablement confortée. Ce patrimoine, laboratoire permanent d'inventivité au carrefour ancestral de l'Europe, mérite le défrichage proposé et une mise en valeur accélérée.
  Nous avons eu le sentiment au cours de cette journée que les temps nouveaux transcendent les clivages de chapelles et repositionnent chacun dans notre environnement avec tous les éléments respectés, sur notre petit bout de territoire comme ailleurs, en se rappelant d'où l'on vient et comprenant où l'on veut aller, ensemble.
  De la qualité des exposés des intervenants nous extrayons avec enthousiasme la démonstration de l'invité suisse, voisin du canton du Jura, qui apporta la preuve qu'en matière de transports collectifs c'est une offre judicieuse qui développe la demande. La réussite est tout près, juste de l'autre côté de la frontière.

lundi 8 juin 2009, 15:04

    Notre participation aux différentes soirées-débats proposées dans le cadre des états généraux du futur du Pays de Montbéliard nous a permis de comprendre et d'apprécier ce projet.  Il se résume en un pré-projet qui sera approuvé le 2 Juillet en terme de projet définitif.
A notre rubrique actualité vous pouvez retrouver les dates de présentation qui auront lieu d'ici là, ou vous exprimer sur le sujet, et ainsi l'enrichir, sur le site de la communauté d'agglomération qui est un des invités de notre rubrique "liens".
Le pré-projet engage quatre axes:
    le défi de l'écologie , de l'énergie et du développement durable
    le défi de la qualité de vie et de l'offre de services
    le défi de la mutation économique
    le défi de l'adaptation des institutions un nouvel âge de l'intercommunalité.

    Si ces axes sont intitulés "défis", ils n'en sont pas moins réalistes . En ces matières comme en bien d'autres  vouloir c'est pouvoir.

    Le pré-projet a été adopté comme projet sous le nom de CONSTRUIRE ENSEMBLE UN AVENIR DURABLE
Le vote, le 2 Juillet à l'unanimité des élus du Conseil d'Agglomération a entériné cette vision de l'horizon 2020. Voir le compte-rendu plus détaillé en rubrique: actualité.
    
communauté d'agglo
politesse

  Incivilité



    Est-il si difficile de repartir avec ses bouteilles et de se rendre à un autre point si le conteneur est plein?

    Faut-il réprimer , punir, verbaliser?

      Un affichage pourrait indiquer la proximité et la localisation d'autres points...et le montant des amendes encourues par arrêté municipal.
    Mais, la Mairie dit avoir peur qu'il y ait des électeurs parmi les contrevenants.
      Mars 2011. Un affichage vient d'être apposé, il interroge sur la qualité d'estime que l'on se donne! Bientôt l'auto-flagellation, ou le brevet de civisme au distributeur?





politesse

    L'heure d'automne toute l'année

Mars 2011
  Une très récente étude de la PEEP présente les difficultés de coordination entre les désirs des collégiens et lycéens et de leurs parents de fréquenter tel établissement plutôt qu'un autre et la logique des transports scolaires et les lots répartis sur appel d'offre aux transporteurs concessionnaires. Une telle étude conforte l'idée qu'il faut accroître les véritables transports en commun plutôt que de tarabiscoter les parcours de ramassage. Les transporteurs concessionnaires pourraient être parfaitement associés à ces extensions de réseau.
Décembre 2010
  Quelques déconvenues dans le transport des collégiens. Bus supprimé , problème avec le bus à la demande. Ce qui fait bien comprendre que seul un service public régulier pourra résoudre cette difficulté récurrente et rendre un service réel à toute la population de la vallée.
19 Octobre 2010
Pas de problème cette année pour les transports scolaires, repartis du bon pied vers les différents établissements fréquentés par les élèves de Mathay.
Vendredi 27 Août 2010:
Nous tiendrons notre Assemblée Générale en Octobre prochain, Il sera temps de tirer un bilan de l'année écoulée. Les travaux du Conseil de Développement du Pays de Montbéliard dont nous sommes membre , auront été engagés, nous en rendrons compte.
La rentrée scolaire sera déjà loin, souhaitons que les transports des élèves soient organisés avec commodité comme l'a prévu le Conseil Général avec la CAPM et que la relation de rentrée de l'an dernier, voir ci-dessous, ne restera qu'un mauvais souvenir.

mercredi 19 août 2009, 17:59
    Le temps de la rentrée approche. Les travaux d'été seront terminés. Il sera temps d'apprécier l'efficacité de ce qui aura été entrepris, de ce qui a été dessiné et convenu. Voir l'album "nos rues"
  mercredi 2 Septembre
    La voici cette rentrée scolaire avec au premier rang des insatisfactions exprimées par les parents d'élèves les transports scolaires. Suite à l'interpellation dont nous avons recueilli l'écho lors de notre réunion publique du 14 Mai, nous avons situé en première ligne ce sujet de préoccupation. Nous avons recensé toutes les informations disponibles et avons déclenché une série de rendez-vous avec tous les responsables intervenants et décideurs sur le chapitre global des transports. Dans le courant du mois nous devrions être en mesure d'analyser et de rendre compte de l'ensemble de ces rencontres.
Il est évident que nous défendons la notion de transport collectif permanent sur notre commune par ligne régulière, comme cela est le cas pour toute la CAPM, qui seule peut justifier l'acquisition par les scolaires de la carte payante.
  A ce jour et fort maladroitement la rentrée  s'effectue avec des horaires et un parcours de ramassage tout à fait insatisfaisant.
  A l'heure du bilan carbone tous azimuts il serait temps que la raison l'emporte.

  21 Septembre Des améliorations sont déjà acquises, partielles elles concernent le matin , le retour le soir reste en version déconvenue les enfants devant attendre le bus jusqu'à 40 minutes


Avis

  Le ventre vide chaque matin, comme chaque soir

   


 
      Notre avenir local, pour le temps proche et lointain, se construira-t-il sans une réflexion profonde élargie à notre planète ? Passant par l'Europe dont le poids et le rôle interrogeaient les meilleurs penseurs dès le début du siècle dernier.
    N'est-ce pas en commençant par le commencement c'est à dire l'alimentation , en réorganisant la nôtre tout en pourvoyant  ceux qui n' ont pas accès aux besoins élémentaires que nous oserons avancer? Que nous intégrerons l'écologie, l'environnement, que nous rebâtirons l'industrie et assainirons les circuits commerciaux.
    Le décompte d'un long temps de convalescence a commencé.
   
Par le bouton ci-dessous vous accéderez au compte-rendu d'un forum auquel participa Sophie Fonquernie membre actif de la société civile au titre de l'agriculture et actuelle Vice-Présidente du Conseil Régional en charge de l'agriculture, de la forêt, du bois et de l'environnement.
  Demain commence dès aujourd'hui dans notre assiette et dans celle que nous devons donner à ceux qui n'en ont pas.

réflexion européenne

Transport des collégiens et des lycéens


  Une étude, Janvier2011, réalisée par la PEEP met en lumière des temps de parcours trop longs pour de nombreux élèves du Lycée Armand Peugeot de Valentigney. Vraisemblablement pénalisant la qualité de leurs études. Une nouvelle fois apparaît le besoin de transports en commun.
Hiver 2010-2011
  L'amélioration sensible du transport des scolaires, prise en charge mixte Conseil Général et PMA, convenable après des soubresauts, a été perturbé par les intempéries neigeuses. La démonstration de la capacité des bus à déposer les élèves à l'arrêt de la Plaine et à retourner au rond-point laisse clairement augurer la facilité d'avoir un transport régulier CTPM en simple prolongement de la ligne qui s'arrête au pont de Mandeure, en attendant un bouclage par Voujeaucourt!
20 Octobre 2009
C'est désormais le bus scolaire du Conseil Général qui transporte les élèves de Mathay fréquentant les lycées d'Audincourt et Valentigney. La situation s'améliore par rapport à l'historique ci-dessous.
L'arrêt de la photo ci-contre  devient "l'arrêt de la Plaine". Il doit être sécurisé.

Mardi 8 septembre 2009, 19:33 Nous avons assisté  à la réunion impromptue provoquée par les parents  des lycéens inscrits à Audincourt et Valentigney.
    En l'absence de la responsable chargée des transports, c'est Le Maire Daniel Granjon qui a reçu la délégation. Les doléances des parents, répétées pour la deuxième fois depuis la rentrée, portent sur le retard du bus scolaire qui dépose de plus les élèves à distance de l'établissement de Valentigney. Les lycéens se voient alors exclus de la première heure de cours!
    Au retour c'est l'inverse, empressé le bus est parti avant d'avoir embarqué les élèves.
    Cette situation intolérable ne saurait perdurer.      L'engagement est pris par le Maire de solutionner ce problème dans les plus brefs délais. Date butoir lundi 14 septembre 2009.
    Nous insistons parallèlement sur l'instauration indispensable d'une ligne régulière de transport intégrée au réseau qui dessert l'ensemble de la CAPM qui seule justifierait le paiement des 72 euros de la carte Tribu , que doivent se procurer ces élèves, et bénéficierait à l'ensemble de la population.

    Il faut mettre fin au provisoire qui dure.

   
21 Septembre 2009  - des améliorations sont intervenues pour le transport des lycéens essentiellement le matin, les bus passant plus tôt. Toutefois la méconnaissance des effectifs a entraîné une nouvelle difficulté: le temps d'embarquement. En effet un horaire plus favorable a vu la fréquentation s'accroître en direction de Montbéliard . On se demande comment un parcours peut être élaboré dans la méconnaissance des effectifs qu'il doit ramasser.
Nous n'avons pas fini hélas de revenir sur le sujet.

ohé

    Rencontre publique du 14 mai 2009

vendredi 15 mai 2009, 15:47
    Notre rencontre publique du 14 mai, sur laquelle nous reviendrons, a largement contribué au débat d'idées étayées par le Plan de Déplacements Urbains en cours de consultation.
    Aménagements routiers et transports en commun sont sur la sellette, en concordance avec notre propos.
La situation est encore plus grave que nous ne la connaissions, particulièrement en matière de transports scolaires, consécutivement à l'absence de transports réguliers assurés par la CTPM qui est un drame pour tous.
    Nous approfondirons notre enquête sur ce sujet pour en révéler l'ampleur.
Ci-dessous l'album qui a servi de présentation à cette soirée de rencontre, pour illustrer l'étendue et l'urgence des besoins. Les documents textes sont extraits du Livret du Plan des Déplacements urbains, le crédit photos appartient à l'association.

ohé

L'album de présentation de la rencontre  du 14 mai 2009



 la réflexion sur une nécessité


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : lundi 19 décembre 2016